Site web officiel : https://www.eglise-protestante-unie.fr/

 

bandeau EPUF

 

L’Eglise Réformée de France (ERF) actuelle est née, en 1938, de la réunion de ses courants libéraux et orthodoxes qui s’étaient organisés en diverses unions à l’occasion de la séparation des Eglises et de l’Etat français en 1905. D’autres communautés d’origine méthodiste et libriste ont aussi rejoint l’ERF à ce moment. Ses origines sont en fait beaucoup plus anciennes, dans la mesure où le protestantisme réformé existe depuis les origines de la Réforme.

Née avec la Réforme au XVIe siècle, maintenue au travers des aléas de l’histoire, membre co-fondateur de la Fédération protestante de France, l’Eglise réformée de France (ERF) est la première Eglise protestante en France. Son noyau actif et engagé est constitué de 50 000 familles. Mais ce sont plus de 300 000 personnes qui participent ou font appel à ses services. Elles sont de moins en moins issues de familles ou de terroirs traditionnellement protestants.

Le Synode national a la charge de gouverner l’Eglise Réformée de France. Ill a pour tâche d’analyser les activités de l’Eglise par rapport aux besoins exprimés aujourd’hui par les 470 Eglises locales (associations cultuelles = structures juridiques. L’ERF compte 881 lieux de culte). Composé de 92 membres à voix délibérative, élus par les huit Synodes régionaux et par des membres à voix consultative représentant les œuvres, mouvements, institutions et équipes liés à l’Eglise Réformée, le Synode national compte environ 200 participants, laïcs et pasteurs, hommes et femmes. Par des résolutions, votées le dernier jour, le Synode s’exprime sur des sujets de société.

L’ERF forme avec l’Eglise Evangélique luthérienne de France (EELF) et l’Union des Eglises protestantes d’Alsace-Lorraine (EPAL) une Communion protestante luthéro-réformée (CPLR). A l'échelle européenne, cet échange luthéro-réformé s’exprime dans la Communion des Eglises protestantes en Europe (CEPE) ou Communion ecclésiale de Leuenberg  : les Eglises qui font partie de cette communion déclarent qu’elles sont d’accord sur l’essentiel et en tirent les conséquences : reconnaissance des ministères, formation des pasteurs, sujets et projets commun d’Eglise, mutualisation des ressources etc. Au Synode national de Sochaux (2007), un projet d’union ERF-ELF a été voté.
L’ERF est membre de la Fédération Protestante de France (FPF) qui comprend par ailleurs, avec les Eglises de la CPLR, diverses Eglises évangéliques et baptistes et l’Eglise adventiste. La question de l’admission d’Eglises pentecôtistes est à l’ordre du jour.

Au niveau international et extra-européen, l’Eglise réformée de France fait partie de l’Alliance réformée mondiale (ARM) et du Conseil Oecuménique des Eglises (COE), qui se trouvent tous les deux à Genève.

 

Quelques éléments statistiques :

 

Environ 110 000 "foyers connus" (familles ou individus avec lesquels il y a un lien plus ou moins fort), soit 300 000 à 400 000 personnes : l’ERF a fait le choix d’être une Eglise "ouverte" et de ne pas tenir une liste exhaustive de ses membres. Environ 50 000 foyers participants à sa vie financière (pour une participation annuelle moyenne ordinaire de 384 Euros par foyer).

492 associations cultuelles (l’association cultuelle est la base légale de l’Eglise locale), 881 lieux où le culte est célébré plus ou moins régulièrement, 412 postes ERF de pasteurs incomplètement pourvus.

L’Eglise réformée compte 340 pasteurs (ministres) en poste dans l’Eglise réformée, à l’Institut protestant de théologie et à la Fédération Protestante de France. 70 autres pasteurs exercent leur ministère dans des Oeuvres et mouvements : aumôneries (prisons, hôpitaux, armée, jeunesse), services d’entraide, communautés religieuses ; Cimade, animation biblique, mission, enseignement, autres Eglises...)

29 % des pasteurs sont des femmes.

Il y a 28 couples de pasteurs

La moyenne d’âge des pasteurs en activité est de 47 ans 18% sont de nationalité étrangère.

drapeau anglais

Qui est en ligne ?

Nous avons 6 invités et aucun membre en ligne